AG des syndiqué-es et sympathisant-es

Jeudi 13 octobre 2022 de 9h à 12h

Bourse du Travail de Pantin
197/201 avenue Jean Lolive, 93500 Pantin

Pour débattre, se rencontrer et préparer les élections professionnelles du 8 décembre, nous vous proposons une AG à la Bourse du Travail de Pantin.

Soyons nombreuses et nombreux pour construire ensemble un syndicat de combat et de progrès social.

Le 29 septembre, tous mobilisés pour les salaires et le pouvoir d’achat

Mobilisé·es le 29 septembre pour nos salaires, pour nos emplois, pour la Fonction publique.

Dans un contexte marqué par une inflation galopante et le besoin d’investir fortement
dans la Fonction publique, le gouvernement refuse de s’engager sur une nouvelle augmentation de la valeur du point d’indice. Alors que la hausse de 3,5 % qu’il a dû
consentir au 1er juillet ne compense pas l’inflation enregistrée depuis le 1er janvier, ce blocage gouvernemental est intolérable autant qu’irresponsable.
Les conditions de rémunération des personnels de la Fonction publique fragilisent leur
situation et mettent de ce fait les missions en danger, au détriment de l’intérêt général. C’est l’avenir même de la Fonction publique qui est menacé par la perte d’attractivité, dont té-moignent notamment démissions et difficultés de recrutement qui touchent un nombre crois-sant de secteurs.
Pourtant, la situation de crise que connaît le pays rend leurs missions encore plus impor-tantes pour préserver les conditions de vie et permettre l’accès aux droits les plus essentiels
de la population, des jeunes, des salarié·es, des chômeur·euse·s, des retraité·es…
De plus, les nouveaux décrochages salariaux dans la Fonction publique que le gouver-nement prévoit d’assumer ne peuvent qu’aggraver les inégalités de rémunération entre les hommes et les femmes !
Tout en reprenant le chemin de l’austérité salariale, le gouvernement projette de surcroît de rouvrir le dossier des retraites, contre l’avis de l’ensemble des organisations syndicales.
Macron et sa majorité entendent donc nous faire travailler plus longtemps pour des salaires qui continueraient d’être rognés par l’inflation.
C’est inacceptable !
Dans ce contexte, l’intervention des travailleuses et travailleurs avec leurs organisations
syndicales est indispensable pour faire bouger les lignes. Évidemment insuffisante, la mesure de 3,5 % au 1er juillet constitue une brèche qu’il s’agit maintenant d’élargir : la hausse du point d’indice est le meilleur moyen de procéder à une augmentation générale des salaires dans la Fonction publique, réalité que le gouvernement a lui-même été contraint de reconnaître.
Les luttes sectorielles sont nombreuses, qui permettent de gagner des avancées. Nous
avons aussi besoin d’élever le niveau du rapport de force au plan national pour gagner des mesures générales, qui s’appliquent à toutes et tous. C’est pourquoi, nos organisations ap-pellent les personnels de la Fonction publique à s’emparer de la journée unitaire d’action interprofessionnelle du 29 septembre.
Pour nos conditions de vie et pour l’égalité professionnelle, la solidarité est notre meilleure arme !

Pour nos salaires et déroulements de carrière,
pour préserver nos droits à la retraite,
pour les missions et les emplois publics,
TOUTES ET TOUS ENSEMBLE, AGISSONS !

SOUTIEN A NOTRE COLLÈGUE GARDIENNE A LA PISCINE DE BOBIGNY

C’est l’histoire d’une gardienne logée qui quitte (provisoirement lui dit-on) son logement de fonction lors d’importants travaux à la piscine de Bobigny. Le logement provisoire se révèle insalubre, le provisoire dure depuis 3 ans, pourtant la piscine a rouvert depuis un an, notre gardienne continue d’y travailler mais pas question lui dit-on de réintégrer son logement sur place, celui-ci est vide et inoccupé ! C’est l’histoire d’une gardienne proche de la retraite, qui vit depuis 3 ans dans un taudis, et à Est Ensemble ça ne semble déranger personne !

Austérité et discrimination syndicale

QUAND AUSTÉRITÉ SE CONJUGUE AVEC DISCRIMINATION

La CGT Est Ensemble demande l’arrêt immédiat de ces politiques d’austérité, une reconnaissance du travail des agents par de vraies négociations sur les questions salariales (indemnités, avancements, promotion interne, effectifs), d’organisation (réorganisations, télétravail) et de santé au travail.

Dans ce contexte extrêmement violent, la CGT Est Ensemble a choisi de ne plus siéger dans des instances de dialogue social et demande comme préalable : la réintégration immédiate de notre camarade et collègue injustement licencié.

Télécharger le tract

DES CDI DANS LES CONSERVATOIRES C’EST POSSIBLE !

Depuis plusieurs semaines nous sommes sollicités par des agents contractuels des conservatoires qui demandent à faire évoluer leur CDD de 1 an vers des CDI.

La réponse de leur direction est NIET et celle de la DRH : PAS DE RÉPONSE.

Encore une belle illustration du mépris d’Est Ensemble envers ses agents !

A Est Ensemble c’est près de 400 agents (sur 1200) qui travaillent dans les 8 conservatoires du Territoire. L’enjeu est important car près de 30% des assistants et professeurs des conservatoires sont contractuels et souvent à temps non complet. Déprécariser ces collègues, c’est urgent !

Cette situation est également transposable à d’autres services.

Plus d’informations :

HALTE A LA DISCRIMINATION SYNDICALE A EST ENSEMBLE

Après plusieurs jours d’un mouvement de grève inédit dans les deux unités techniques de la DPVD (service des déchets), les masques tombent ! 

Le 31 mars, notre camarade et collègue agent ripeur est licencié sur le champ et par mail ! 

Contractuel, enchaînant les CDD depuis juillet 2020, il est prié d’aller désormais pointer à Pôle emploi. 

Voilà comment on gère un conflit à Est Ensemble : aucune avancée concrète sur les revendications des agents, élu-es aux abonnés absents, tentative de casser la grève en embauchant des intérimaires, licenciement d’un représentant du personnel au CHSCT.  Mépris, intimidation, discrimination syndicale, voilà la nouvelle devise de notre employeur ! 

Malgré de nombreuses actions, courriers, déclarations pour dénoncer cette situation, notre employeur reste campé sur ses positions.

En conséquence nous nous sommes invités au Conseil territorial d’hier pour y lire la déclaration que vous trouverez ci dessous :

DISCRIMINATION SYNDICALE A LA DPVD

On aurait préféré un début de mandat sous le signe du progrès social, à l’écoute des agents et de leurs organisations syndicales, des décisions confortant l’engagement des agents, reconnaissant un droit à l’évolution de carrière et un suivi de carrière digne de ce nom et beaucoup d’autres choses car la réalité aujourd’hui à Est Ensemble est préoccupante : tentatives de suicide, nbi non versées, salaires oubliés, dettes astronomiques pour de nombreux agents en maladie, réorganisations à la hussarde, sous-effectif chronique, etc.
La liste est longue, et ce mandat apparaît de plus en plus drapé sous les oripeaux de l’austérité, de l’autoritarisme et de la discrimination.

DISCRIMINATION SYNDICALE A LA DPVD
Après plusieurs jours d’un mouvement de grève inédit dans les 2 unités techniques de la DPVD, les masques tombent !
Encore un licenciement à la DPVD pour cause d’engagement syndical !
Solidarité avec Younès et les agents d’intervention qui réclament simplement des conditions de travail dignes.
Nous étions hier au Quadrium pour un concert de casseroles (vidéo sur le facebook cgt estensemble), nous serons demain à 10h devant la Mairie de Montreuil pour exiger la réintégration de notre camarade et collègue Younès.

CAISSE DE GRÈVE
Nous avons réactivé une caisse de grève sur le pot commun : https://www.lepotcommun.fr/pot/mkvhc3d8
notre syndicat a décidé de verser 2500 euros aux grévistes de la DPVD
Merci dans la mesure du possible d’abonder cette caisse qui viendra en soutien aux luttes qui se déroulent à Est Ensemble.


CONFLIT A LA DPVD

Jeudi 31 mars au matin une délégation d’agents de la DPVD (collecte des déchets) a été reçue par notre employeur

A Est Ensemble les masques tombent !

Tentative de casser la grève en embauchant des intérimaires,
Absence des élu-es lors de la négociation de ce matin,
Aucune avancée concrète sur les revendications des agents,
NBI 10 points : NON
Améliorations conditions salariales : NON
Evolutions de carrière : NON
Renforcement des équipes : NON
Résorption de l’emploi précaire : FIN DE CONTRAT pour notre camarade Younès, agent d’intervention de la DPVD et mandaté CHSCT

Ca suffit, c’est la deuxième fois qu’un camarade de la CGT, investi d’un mandat est licencié à Est Ensemble sous la Présidence de M. Patrice Bessac
Ca suffit le mépris et la discrimination syndicale

Nous vous invitons à venir devant le Quadrium vendredi 1er avril, à partir de 18h-18h30 afin d’accueillir et d’interpeller nos élu-es
qui se rendront à la « Fête des retrouvailles » et soutenir les agents de la DPVD qui seront là en nombre.

Ci-dessous le tract à distribuer

EN MODE COLLECTIF ?

EN MODE COLLECTIF
Est Ensemble a lancé à grand renfort de communication un vaste chantier de réorganisation de l’administration intitulé « En mode collectif », accompagné par le cabinet privé Cap Nova pour la modique somme de 30.000 € (annoncés).

Premier objectif affiché : « changer les pratiques pour mieux travailler ensemble ». Ah bon ? On ne travaille pas bien ensemble ? Sur quelles observations se fondent-ils pour dire ça ? Quel(s) service(s) dysfonctionne(nt) ? Est-ce que les pratiques professionnelles des agents ne se renouvellent pas ?

Deuxième objectif « partager le sens, les valeurs et les ambitions du mandat ». C’est un effet d’annonce ? Comme si les feuilles de route que les directions reçoivent des élus n’avaient pas de répercussions sur le service public. C’est ce que les fonctionnaires territoriaux font depuis toujours. Cap Nova réinvente la poudre !

Troisième objectif « Favoriser l’expression des idées et des talents de chacun.e ». Une phrase qui veut à la fois tout dire… et rien dire. On peut toujours invoquer des performances personnelles alors que chaque agent sait pertinemment que c’est sa compétence professionnelle et le collectif de travail qui font la qualité du service au public. Mais pas une fois le mot travail ou compétence professionnelle n’est employé.

Pour parachever le tout il est annoncé la première « bulle d’inspiration » prévue dans la démarche « En mode collectif » avec la venue à Est Ensemble le 14 avril prochain d’un gourou, ancien co-rapporteur pour l’indice de positivité de la commission Attali et membre de la commission Nouvelle Responsabilité des Entreprises du MEDEF ! Il va venir nous expliquer le bonheur au travail et qu’il faut se « réapproprier la fierté d’être un agent public »

Ci-dessous le tract que commencerons à diffuser cette semaine.

GRÈVE A LA DPVD
Mobilisation historique à la DPVD, les dépôts sont bloqués depuis lundi 28, presque 100% de grévistes, aucun camion n’est sorti
Mardi matin s’est tenu une AG à l’unité Sud entre les agents du Nord et du Sud, convergences et revendications communes se sont exprimées
Plus de détails dans le tract ci-dessous

AVANCEMENTS DE GRADE (SUITE)
Concernant les avancements de grade et suite à notre interpellation au Président, l’administration vient de nous envoyer une liste complémentaire d’agents promus.C’est une première victoire, 10 agents supplémentaires ont été rajoutés dont 7 en catégorie C, c’est un bon début et c’est grâce à nous ! On lâche rien, en route vers le 100% et un véritable droit à l’évolution de carrière.

Télétravail, Avancement de grades et points d’indice

NÉGOCIATIONS TELETRAVAIL
Une première réunion de négociation a eu lieu vendredi dernier
Ci-dessous les propositions travaillées avec la CFDT et les agents rencontrés que nous avons porté lors de cette première réunion. Nous attendons toujours les réponses de l’employeur…
A suivre donc…

Plus d’informations ici :

https://cgtestensemble.blog/2022/02/18/teletravail-a-est-ensemble-negociations-en-cours/

AVANCEMENTS DE GRADE
Avec la loi de transformation de la fonction publique de 2019, l’évolution de carrière (avancements de grade, promotions internes)
autrefois gérée par les instances paritaires au sein des CAP incombe désormais aux collectivités
Notre employeur a mis en place les RPP (ratios promus/promouvables) sensés donner plus de clarté à
l’attribution des avancements de grade. Les organisations syndicales ont voté à l’unanimité contre cette proposition.
La première campagne d’avancement de grade a eu lieu cette année.
Vous trouverez dans le tract ci-dessous un premier bilan de cette campagne d’avancements de grade et c’est accablant !

DÉGEL DU POINT D’INDICE
C’est donc par voie de presse qu’Amélie de Montchalin a annoncé une revalorisation du point d’indice avant l’été prochain.
Cette annonce survient alors que le 16 février dernier, la ministre répétait la main sur le cœur aux organisations syndicales qu’une telle « mesure électoraliste » reviendrait à prendre les agents et leurs organisations syndicales « pour des imbéciles ».
Le gouvernement concède enfin que seul le dégel du point d’indice permet une augmentation générale du salaire des fonctionnaires. Il désavoue ainsi sa propre doctrine affirmée depuis 5 ans contre toute logique et contre l’avis de toutes les organisations syndicales.
Le gouvernement reconnaît aussi que s’agissant de la prise en compte de l’inflation, c’est bien l’évolution de la valeur du point d’indice qui est l’outil irremplaçable pour le pouvoir d’achat des agentes et des agents de la Fonction publique.
Rappelons que depuis 2000, le décrochage de la valeur du point par rapport à l’évolution des prix s’élève à 21,05%, et à 11,29% si l’on ne remonte que jusqu’à 2010.
Le calendrier annoncé par la ministre ne laisse aucun doute : cette annonce s’inscrit totalement dans une manœuvre électoraliste de bas étage !
La CGT relève enfin que dans un entretien au Parisien, la ministre annonce d’ores et déjà en cas de reconduction de la majorité actuelle l’application de la retraite à 65 ans y compris dans la Fonction publique.
La CGT saura jouer son rôle pour élever le niveau de la lutte autant que nécessaire contre un tel projet et refusera par définition toute forme de troc augmentation de salaire contre augmentation de la durée des carrières.
Ci-dessous un tableau récapitulatif des pertes de pouvoir d’achat par rapport à l’inflation et au gel du point d’indice :