Stop à la discrimination syndicale à Est Ensemble

En mars dernier, la DPVD a connu un mouvement social important. Notre camarade et collègue Souleiman, membre du bureau de la CGT et chef d’équipe à la DPVD, en a été un des leaders emblématiques.
Il est aujourd’hui en danger, son contrat à durée déterminée n’est pas renouvelé.

​Mandaté par notre syndicat au CHSCT et membre de notre bureau, l’administration d’Est Ensemble a dû motiver ce non renouvellement et saisir la CCP placée auprès du CIG de la Petite Couronne.

La CCP a rendu son avis le 22 juin, il est défavorable à la demande de non-renouvellement du contrat d’un agent investi d’un mandat syndical

Le dossier de l’administration ne fait pas preuve de manquements au travail de sa part, ni d’irrespect de sa hiérarchie.

La CCP note de manière sibylline « que les faits exposés relèvent plus d’un conflit de personne que de la manière de servir »

Le dossier à charge dévoile clairement qu’il s’agit d’écarter un syndicaliste pour ses activités syndicales et non une faute au travail.
M. Adda-Benyoucef a montré au contraire sur le terrain du travail une adaptation et une implication sans faille.

Son action comme mandaté CHSCT et militant CGT s’est toujours inscrite dans la défense de l’intérêt général et de l’amélioration des conditions de travail, notamment au sein de la DPVD.

Aussi nous demandons que le Président d’Est Ensemble suive l’avis de la CCP et ce afin de sortir de cette situation, tout en respectant les droits de notre camarade à être maintenu dans les effectifs d’Est Ensemble et titularisé et de réaffirmer que les militants de notre syndicat ne seront pas discriminés de quelque manière que ce soit.

Pour que vive la démocratie sociale, la solidarité, pour la défense de nos instances paritaires et le maintien de notre camarade au sein d’Est Ensemble :

RENDEZ-VOUS
MERCREDI 7 JUIN A 8h30 devant le Quadrium à Romainville pour accueillir dans la joie et la bonne humeur Monsieur Le Président

un préavis de grève a été déposé par la CGT Est Ensemble

Tous et toutes ensemble pour les libertés et contre les idées d’extrême-droite

Depuis maintenant plusieurs mois nous constatons un climat politique et social alarmant. S’allier avec l’extrême droite ou reprendre ses idées ne constituent plus un interdit. Les propos et actes racistes et sexistes au travail et dans la vie se propagent. Les attaques contre les libertés et les droits sociaux s’accentuent gravement. Dans ce contexte politique, économique, social et sanitaire les injustices explosent et génèrent une forte misère sociale.

Plusieurs lois liberticides organisent une société autoritaire de surveillance et de contrôle qui empêcheraient d’informer sur des violences policières, déjà trop importantes. De plus, si certaines de ces lois stigmatisent une partie de la population en raison de sa religion, d’autres en ciblent en raison de leur activité militante.

Faisons du samedi 12 juin 2021, une journée de mobilisation contre le racisme et les idées d’extrême droite et pour la défense des libertés, dans l’unité, avec d’autres organisations, associations et partis politiques.
https://www.appelpourleslibertes.com/

Manifestation à Paris
Samedi 12 juin à 14h
Place Clichy vers République

Rendez-vous sous le ballon CGT Ile de France ou CGT 93
Pour ceux qui travaillent le samedi, un préavis de grève a été déposé par la CGT services publics

https://www.cgtservicespublics.fr/les-luttes/actualites-des-luttes-2021/preavis-de-greves-2021/article/preavis-de-greve-federal-de-0-h-a-24-h-pour-les-journees-du-mardi-1er-juin-2021

1er Mai

En 2020, le 1er mai s’était réfugié sur les réseaux sociaux, faute de pouvoir se tenir dans la rue, confinement strict oblige. Cette année, malgré la poursuite de mesures de restrictions de déplacement, plus de 150 défilés sont proposés partout en France pour la journée internationale des travailleurs.
Un appel unitaire à manifester regroupe la CGT, Force ouvrière, la FSU et Solidaires
A Paris, la manifestation unitaire démarrera à 14 h de la place de la République (direction Nation)

Point de rendez-vous CGT Est Ensemble : derrière le ballon CGT 93

Téléchargez les tracts et l’attestation de déplacement dérogatoire

Déclaration Commune intersyndicale

Les organisations syndicales d’Est Ensemble, toutes opposées à la réorganisation de la direction de la culture et de la DPVD, ont décidé de ne pas siéger au Comité Technique du 16 mars.

Sans autre forme de dialogue, l’employeur a décidé de reporter le Comité Technique aujourd’hui jeudi 25 mars.

A nouveau, l’intersyndicale n’y siégera pas et nous y ferons une déclaration commune :

Monsieur le Président,
Madame la Vice-Présidente,

Nous vous remercions pour votre courrier du 19 mars, nous nous réjouissons des avancées du dialogue social que vous proposez.

En revanche, le signal d’une reprogrammation du CT sans autre forme de dialogue a été très mal perçue.

Les deux sujets de la DPVD et de la Culture ne sont pas pour nous des réajustements d’organisation administrative et nous souhaitons pouvoir en discuter avec vous.

Pour la DPVD, nous considérons qu’il convient de procéder d’abord à une amélioration des conditions de travail, à une prise en compte de la santé et de la sécurité au travail, les agents étant fortement touchés par les maladies professionnelles, et pour certains en accident de travail parfois non reconnu, à un dialogue renoué avec leur hiérarchie, à l’assurance que la régie restera bien assurée par notre collectivité.
Dans ces conditions, une réorganisation pourra se faire sereinement.

Pour la culture, nous considérons toujours que cette réorganisation, qui est en fait une affirmation et un renforcement de l’organisation précédente, ne sera pas sans conséquences sur le travail des agents dans les établissements et qu’il conviendrait de faire un audit de l’organisation à l’œuvre depuis 2015 et de ses répercussions sur les équipements avant tout changement fait dans la précipitation.

Malheureusement, les instances ne se sont jamais révélées être des lieux de dialogue constructif mais plutôt des chambres d’enregistrement des organisations et réorganisations.

Nous restons pour notre part ouverts au dialogue dans un cadre serein et constructif et non contraint par un calendrier.​

Recevez, Monsieur le Président, Madame la Vice Présidente, nos respectueuses salutations.​

Les élu.es au CT

Intersyndicale CFDT-CGT-FSU

Nous appelons à une journée de débrayage (30mn, 1h ou plus) devant vos établissements

La lutte continue

Mardi 16 mars 2021, une centaine d’agents ont rejoint l’appel de la CGT à venir se rassembler devant le Quadrium. Tous ensemble nous avons dit non aux projets de réorganisations de la DPVD et de la Culture, ainsi qu’aux transpositions régressives de la Loi de transformation de la Fonction publique.
Ces trois sujets devaient être examinés lors du Comité technique de l’après midi
Dans une déclaration commune, les trois organisations syndicales (CFDT-CGT-FSU) siégeant au CT ont décidé de ne pas s’y rendre et ont réaffirmé leur opposition à ces projets et demandé un retour à la table des négociations.
Comme réponse, les syndicats n’ont reçu qu’une convocation à un nouveau CT jeudi 25 mars. L’employeur décide de se passer du dialogue social et de passer en force. Le report du point sur les Lignes directrices de gestion est concrètement une première victoire qui doit nous encourager à poursuivre la mobilisation.

CULTURE
Verticalité accrue, accentuation d’une centralité déjà à l’œuvre, mutualisation forcée, critique d’une autonomie des équipements présentée comme une source de « blocage », ce projet de réorganisation veut bouleverser nos métiers et nos savoir-faire.
Nous continuons à exiger un moratoire de cette réorganisation, et la mise en place d’un projet coopératif qui reconnaisse et conforte la place centrale des agents et de leurs équipements dans les politiques culturelles sur notre territoire.

DPVD
Manque de moyens, conditions de travail honteuses et dangereuses pour la santé des agents (« dans les 5 ans, les maladies professionnelles vont être multipliées par 10 à la DPVD, avec des personnes de 35 ans qui vont être estropiées » : rapport de la médecine du travail), perte de confiance envers notre directeur, incertitudes sur l’avenir de nos missions, démantèlement de la régie publique et privatisation en vue : voilà ce que nous dénonçons aujourd’hui. Maintien et renforcement des services, c’est la seule réorganisation valable pour nous !
Nous demandons l’ouverture d’une véritable négociation sur nos revendications :

  • Retour à une concertation avec l’ensemble des agents sur l’avenir et la nature de nos missions
  • NBI à 100% pour les agents d’intervention
  • Titularisation immédiate de tous les CDD
  • Reconnaissance des accidents du travail et mise en place d’un vrai plan Santé Sécurité au Travail
  • Amélioration des conditions de travail (locaux, matériels, formation, carrière)

Est Ensemble doit répondre à l’ensemble de ces revendications et ajourner le Comité technique prévu jeudi 25 mars
Les agents de la DPVD sont en grève depuis lundi 22 mars
Nous appelons l’ensemble des agents à soutenir ces luttes et à débrayer (1h ou 2h) jeudi 25 mars à l’occasion du CT

Mobilisation jeudi 25 mars

Rassemblement le 16 mars

Notre organisation syndicale appelle d’ores et déjà l’ensemble des agents d’Est Ensemble à se rassembler mardi 16 mars (jour du Comité technique) à partir de 9h devant le Quadrium pour un service public fort, qui réponde aux besoins sociaux de la population pour défendre et améliorer nos conditions de travail.

Rassemblement_16mars_2021

Actualités des luttes

  • Dans le cadre du préavis de grève (du 10 au 31 mars) déposé par la CGT Est Ensemble, une majorité d’agents de la DPVD : agents d’intervention, chefs d’équipe, contrôleurs, agents DPVD du Quadrium et des Unités Nord et Sud, se sont retrouvés mercredi 10 mars, le matin, devant le Quadrium pour un débrayage de 9h à 12h. Ils ont pu exprimé leurs revendications auprès du Président et nous avons été reçu en délégation par les VP RH et déchets, la DGS, le DGA ainsi que la DRH. Si la réunion s’est déroulée dans un climat d’écoute et d’échanges constructifs, rien de concret n’en est sorti.
    Les agents ont voté la poursuite du mouvement et maintiennent leurs revendications
    – moratoire sur la réorganisation de la DPVD
    – pas de suppressions de postes
    – améliorations des conditions de travail
  • Jeudi 11 mars s’est tenue l’AG des personnels de la Culture.

Grève en mars

Face aux dernières annonces de notre employeur concernant un gel de la masse salariale (ce qui équivaut à la suppression de dizaines de postes), de sa volonté de passer en force sur les projets de réorganisation de la DPVD et de la Culture, de son peu d’empressement à se saisir des problématiques liées au télétravail (notamment une prise en charge des frais), de son refus de se positionner clairement face à la Loi de transformation de la fonction publique avec comme première application dans notre collectivité la mise en place de LDG (lignes directrices de gestion) inacceptables en l’état (critères locaux pour avancements de grade, titularisation, souhait de remettre en cause le temps de travail et les congés), une riposte s’impose pour défendre nos conditions de travail, nos missions et répondre aux besoins de service public de la population.

Réorganiser les services en renforçant l’encadrement supérieur c’est mettre au pas les agents afin d’imposer un service public dégradé (gel des postes, non remplacement, réduction du périmètre de nos actions, mutualisation forcée, etc)

Pour préparer les actions à venir la CGT Est Ensemble à déposé un préavis de grève du mercredi 10 mars au 31 mars

préavis gève mars cgtEE

Déjà plusieurs secteurs sont dans la lutte
les bibliothèques de Bondy et de Noisy ont débrayé mercredi 3 mars : 100% de grévistes
tract DPVD et appel à un rassemblement devant le quadrium mercredi 10 mars à 9h

tract-dpvd

AG des personnels de la culture jeudi 11 mars (tract et formulaire pour y assister)

tract-culture

Nous appelons l’ensemble des agents à soutenir ces luttes et à converger tous ensemble
le mardi 16 mars à partir de 9h devant le Quadrium

RÉORGANISATION A LA DPVD

Force est de constater que depuis bientôt 10 ans, la DPVD a connu de nombreuses réorganisations
sans pour autant que ne soient toutefois apportées d’améliorations pérennes des conditions de travail des agents
ainsi qu’un fonctionnement plus efficient, et ce malgré l’investissement de beaucoup d’entre eux.
Aussi, les agents concernés s’interrogent légitimement sur cette énième réorganisation qui ne dit vraiment son nom au regard de l’absence d’objectifs clairement exposés.
Longtemps l’absence de tout document préparatoire ou compte rendu de réunion, et la circulation d’informations parcellaires et/ou contradictoires
émanant de différents interlocuteurs a été la règle concernant ce projet.
Nous déplorons ainsi un semblant de concertation et dénonçons un discours culpabilisateur en direction des agents.
En effet, cette réorganisation repose sur :
– l’arrivée d’un nombre croissant de catégorie A,
– la création de pôle pour des A,
– le désir formulé de réduire le nombre d’agents d’intervention,
– la perte d’autonomie des encadrants intermédiaires et des CSCEP,
– l’augmentation du nombre d’encadrants,
– la modification (ajout ou retrait) de missions sur les fiches de poste

La colère gronde à la DPVD, les agents avec leur syndicat CGT ont écrit au Président , ci-dessous :

Lettre M le Président DPVD

comme pour la culture, ce dossier sera présenté au CT du 16 mars.